SKA

  • - 50%

    L'affaire Lerouge

    Emile Gaboriau

    • Ska
    • 1 Juillet 2018


    Dans l'histoire littéraire, voici le premier roman - dit policier... indispensable à votre culture livresque...

    Ceux qui avaient parlé de crime ne s'étaient malheureusement pas trompés, le commissaire de police en fut convaincu dès le seuil. Tout, dans la première pièce, dénonçait avec une lugubre éloquence la présence des malfaiteurs. Les meubles, une commode et deux grands bahuts, étaient forcés et défoncés. Dans la seconde pièce, qui servait de chambre à coucher, le désordre était plus grand encore. C'était à croire qu'une main furieuse avait pris plaisir à tout bouleverser. » Emile Gaboriau est le premier à créer la figure romanesque du policier enquêteur qui aura, comme on le sait, une descendance féconde.
    Il faut évoquer le plaisir qu'on a à relire ce classique du roman policier, au-delà de la résolution de l'affaire elle-même. L'Affaire Lerouge, et les autres livres de Gaboriau, héritiers des romans populaires, ce sont des digressions, des chemins de traverse, des péripéties compliquées, l'exploration du passé des protagonistes, l'explication des motifs du crime et du modus operandi. Cela possède un charme véritable, qui faisait les délices d'André Gide, grand amateur de polar, comme Cocteau ou Mac Orlan. » (extrait de la préface d'Hervé Delouche)

  • - 50%

    Ce texte est l'une des plus célèbres des six nouvelles du sulfureux recueil Les Diaboliques. Cette histoire cynique et amorale raconte la passion adultérine dévorante qui unit le comte Serlon de Savigny à la belle Hauteclaire Stassin, maîtresse d'armes avec qui il aime à croiser le fer. Mais le comte est marié...

  • Connexion entre deux écrivains. Une oeuvre à deux voix, magistrale !






    D'octobre 2004 à mai 2007, alors que celui-ci était emprisonné à Fresnes, Hafed Benotman - alias H.B. Murdos - et Brigitte Guilhot - alias M.B. Lupa - ont entretenu une correspondance intense ponctuée de rendez-vous au parloir qu'ils appelaient le cube. Entre recueil poétique et récit fragmenté, La Peau sur les mots rassemble des extraits intimes de cette correspondance passionnée de haute volée littéraire. Il y a chez ces deux-là une fascination réciproque née de l'Écriture, un "Jeu du Je" en miroir si puissant qu'il traverse les murs de l'enfermement et touche leurs corps. C'est un ballet intime d'une érotisation et d'une sensualité exacerbées par l'attente de la distribution du courrier et des face-à-face entre les quatre murs du cube.


    J´attaque la mémoire de tes lettres. Je les relirai en piochant dans l´une et l´autre comme on picore un buffet à volonté, durant les heures que nous allons passer ensemble et sur le côté, je mettrai mes réponses comme des petits os, de fines arêtes ou des noyaux d´olive. J´aime bien t´écrire de cette façon, en me remémorant quand bien même rien ne m´interdit de vérifier que tu abordes bien tel ou tel sujet. J´aime bien aussi quand l´écriture m´attrape et me met au pied de ton mur et que je sais que c´est maintenant que je vais partir à t´écrire en passe-muraille.

    J´aime bien, toujours plus, t´avoir dans mes pattes, te sculpter en te malaxant les épaules, en saisissant un bout de toi, un morceau de ta chair. J´aime ça, tu vas bien à mes mains. En t´écrivant cette phrase simple, je suis en état d´éborgner d´une seule érection tous les geôliers du monde. H.B. Murdos J´aime la façon dont tes doigts me sentent, me décodent, me mesurent, m´analysent, me devinent...

    Je ne suis rivale d´aucune femelle. Si j´ai un territoire amoureux à défendre, j´écris un livre. Et si tu me fuis, j´écrirai encore plus sans me soucier de pour quoi et pour qui tu me fuis. Je prends ma vie comme une matière que je travaille pour en faire des mots, des poèmes et des idées et je me sers de qui je suis pour donner à voir à celui ou celle qui me lira quel être il ou elle est. C´est pour cela qu´à partir d´aujourd´hui mon nom est M.B.Lupa, car ma vie n´est qu´un matériau au service de l´Écriture. M.B. Lupa

  • Ô désirs !

    Isabelle Letélié

    • Ska
    • 22 Janvier 2020




    Tous les désirs s'expriment en parcourant la carte du Tendre et du Cru...


    Quand nos bouches se sont disjointes, la mienne n'a pas quitté sa peau : elle a glissé le long de sa joue, puis dans le creux sous son oreille. Et je sentais ses mains dans mon dos, ses paumes chaudes et tendres, j'entendais sa respiration. Je suis descendue le long de son cou, le long de sa peau parcourue de frissons. Arrivée près de son épaule, avec ma main j'ai écarté de quelques centimètres la bretelle de son soutien-gorge. Quand je l'ai sentie faire de même avec le mien, mon coeur a fait un nouveau bond. Ses mains sont venues se poser sur moi, puis sa bouche, et elle a exploré mon corps, comme s'il était fragile et précieux. Je redécouvrais chaque millimètre de ma peau sous son contact et à l'intérieur de moi se déversaient des vagues ininterrompues de chaleur et de picotements. Et puis brutalement je me suis rappelé que c'était une machine et je l'ai repoussée.

    SKA a déjà publié des nouvelles noires d'Isabelle Letélié, mais elle est aussi autrice de micro nouvelles érotiques. Ces textes sollicitent joyeusement vos zygomatiques, et croyez-nous, la surprise est totale ! Ce sont des merveilles de drôleries, variées tant par la nature des personnages que par les situations les plus diverses possibles. On vous l'affirme c'est du nanan, une succession de fusées narratives de hilarantes à très excitantes. Et c'est le premier volume ! Nous sommes certains qu'à la fin de la lecture d'Ô Désirs ! vous trépignerez pour lire la suite qui vous attend pour bientôt. Volume 2 à paraitre en mars 2020.

  • Chroniques d'Elles

    Jeanne Desaubry

    • Ska
    • 1 Octobre 2016

    Des instantanés de vies féminines exposés avec le brio d'une artiste du court-lettrage... POUR PUBLIC AVERTI. Les yeux fermés, elle l'approche de sa bouche, pose ce petit morceau de fraise, à peine, sur ses lèvres. Le pose seulement. Elle lèche doucement la chair grenue de la fraise, les doigts frais qui la tiennent. Doucement. Tout doucement... la fraise... les doigts... Un voeu. Un voeu à garder secret pour conserver une chance qu'il se réalise. Sa langue caresse encore tendrement la chair tranchée à vif par la lame posée devant elle. Ces micro nouvelles flashent des instantanés de vies féminines, exclusivement. Des femmes : jeunes ou vieilles, malades, aigries ou optimistes, alcooliques ou artistes, pleines d'illusions ou de chagrins, mère attendrie, amoureuse comblée, surprises dans un moment d'abandon ou de crainte. Ce « pointillisme littéraire » obéit à des règles strictes : chaque texte compte environ mille caractères, ne comporte ni nom, ni dialogue. Une narration clinique, attachée aux détails, ceux qui comptent. Ce recueil propose une sélection de récits courts, tous genres confondus, faisant la part belle aux femmes ! EXTRAIT D'ELLE SE SOUVIENT Elle vient de déposer le cadet à l'entraînement de hand. Dans son siège auto, le bébé s'est endormi, le pouce brillant de salive, visage penché sur le doudou. Elle a l'esprit tourné vers le repas qui l'attend. La lessive en retard, la femme de ménage qui vient encore de tomber malade. Elle avance au pas de la circulation. La pluie brouille légèrement les lumières, pas assez pour embellir la ville. Un homme court sur le trottoir, comme s'il venait vers elle, la tête levée sous la pluie, et cette attitude libre de souci attire le regard de la femme au volant. Elle prend en pleine poitrine le choc de la reconnaissance, assez fort pour suspendre sa respiration, puis la reprendre douloureuse. À PROPOS DE L'AUTEUR Jeanne Desaubry a d'abord promené son regard à la fois aigu, indulgent et sans illusion sur le milieu hospitalier, avant d'en faire de même sur celui de l'éducation nationale. Polars, romans noirs, romans jeunesse, ateliers d'écriture, critiques, causeries... constituent désormais tout son univers. Aujourd'hui, elle se consacre exclusivement à ses passions de toujours : lire, écrire et éditer. Elle a animé la petite fabrique de livres Krakoen du temps de la coopérative d'édition. Elle est directrice littéraire des éditions du Horsain et de Ska numérique qu'elle a créé avec Max Obione.

  • Les belles et la bête

    Marie Vindy

    Un homme des bois affole la libido de belles promeneuses consentantes.

    Le temps semble s´étirer, suspendu comme les poussières que je vois danser dans la lumière. Elle inonde de sa chaleur dorée les murs blancs de la chapelle, un rayon court sur mes cuisses. Je ne porte qu´une chemise bleue ouverte sur ma poitrine, étendu sur l´estrade où se trouvait autrefois un hôtel, sur le drap qu´a apporté Mila. Elle est assise contre mon flanc, elle me regarde, elle m´observe. Tout est si calme. Ses mains caressent mon torse, les poils sous ses paumes. De temps en temps, mon regard croise l´objectif de l´appareil. Le déclencheur se met en marche.

    Voici le 2eme épisode de la série Mila, photographe, signée Marie Vindy. Les couples se font et se défont dans une ronde des plaisirs pimentés par l´irruption d´un homme des bois.

  • Dieu est mort

    Damien Ruzé

    Une tueuse d´enfant expose en temps réel ses faits et gestes, un flic - au passé déchiré et aux méthodes surannées - mène l´enquête.


    ` Il est malade ton chien ou quoi !?´ Bingo. Quelle phrase ! Quelle putain de phrase ! Marcher vers l´animal qui tente de re décoller avant de choir à nouveau, groggy, camé, réacteurs coupés. Plus la force d´aboyer. "On", puis "off". Plus d´énergie. D´électricité. S´agenouiller près du bestiau et l´inspecter. Entendre la fillette en route vers moi, petits pas froissant l´herbe. Fermez les yeux. Deux secondes. Compter. Un, un, deux, deux. Relever la tête. Last call. Scanner le paysage. Tout le paysage. Le disséquer. Pas de blip sur le radar. Personne. Un miracle. La dernière touche. Humer le parfum du jeune corps femelle qui pose un genou à terre et prend dans ses mains la grosse gueule aux yeux révulsés. Action. Paume à l´arrière du crâne. Doux contact des cheveux couleur paille. Bouton de rose des lèvres qui articule un "Que..." interrompu et angoissé. Avorté. Canule. Geste vif. Précis. Professionnel. Vaporisation savamment calibrée. Un seul pschittt suffit. Effet instantané. L´organisme qui se fige. Pupilles à la retourne.

    Bras de Morphée. Charger l´enfant endormie sur l´épaule comme un gibier. Reculer sans précipitation jusqu´à l´orée. Bruit des ronces griffant mes jeans, comme une fermeture éclair que l´on zipperait. Réfugiée à l´abri de la canopée, pivoter et descendre à fond de train le goulet dévalant jusqu´au Range en se retenant de hurler.


    Damien Ruzé vient de publier son premier roman « Fin d´Amérique » chez Krakoen. Ska a déjà publié une nouvelle « Hauts-Lieux », voici « Dieu est mort ». Une descente au coeur du mal. Un récit terrifiant au style halluciné. Un grand texte noir, un auteur à suivre.

empty